31/12/2015

Bonne année à tous !

bonne année.jpg

09:22 Écrit par CCRIDER dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

29/12/2015

(deplasma) 1 (Joshua W. Cotter)

index.jpgLors d'un talk-show de trash télévision, l'animatrice Summer interroge le docteur Bertrand Earnest au sujet de sa nouvelle invention, l'intrin-net, un procédé de communication qui devrait bientôt permettre à toute personne équipée d'une puce à l'arrière du crâne de diffuser et de recevoir toutes sortes d'informations par télépathie. Dans un vaisseau spatial en route vers la station où officie Earnest, la jeune Melody McCabe, chercheuse en neurométrie, voyage aux côtés de Beulah Biggins, une veuve âgée et plutôt bavarde. Arrivée à destination, Melody est bloquée par une hôtesse qui ne lui permet pas d'accéder à son laboratoire car elle est arrivée trois jours trop tôt... Quelque part sur une planète désertique, une sorte de Robinson Crusoe de l'espace semble perdu dans l'immensité et sans grand espoir de rejoindre la civilisation.

(deplasma)1 est une bande dessinée de science-fiction qui se veut ultra-moderne et décoiffante. Après un démarrage abscons et plutôt incohérent, le lecteur débouche assez vite sur une narration plus classique quoique toujours un peu décousue. L'intrigue est intéressante mais semble inachevée. Peut-être est-ce pour ménager une possibilité d'autres épisodes. Les personnages et les dialogues sont sans grande originalité. Le graphisme en noir et blanc n'est pas désagréable tout en restant assez rudimentaire. Le lecteur notera une recherche certaine et de belles réussites esthétiques surtout dans les planches consacrées au naufragé de l'espace, nettement plus travaillées que les autres et dépourvues de dialogues.

3,5/5

 

09:10 Écrit par CCRIDER dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/12/2015

De Spiritis (Tesha Garisaki)

cover225x225.jpegA Paris, en 1860, Eugène Chambois, jeune étudiant en philosophie plutôt rationaliste et incrédule, veut mener une enquête sérieuse sur l'ésotérisme et le paranormal. Après quelques expériences peu concluantes auprès de Messieurs Mesmer, Kardec et quelques autres, il contacte la jeune et jolie Violette Cochand, une spirite qui veut lui démontrer l'existence des esprits en lui faisant visiter une maison hantée.

« De Spiritis » est une longue nouvelle, ou novella, d'inspiration fantastique relativement bien menée selon une intrigue des plus classiques. Le lecteur suit les tribulations du jeune chercheur qui se perd dans des illusions assez cauchemardesques jusqu'à une fin bien amenée et laissant place au doute et aux interprétations. Le style est classique et agréable. Les personnages sont bien campés. Le lecteur passe un bon moment de divertissement. Mais cela ne va pas plus loin. Il aurait fallu un peu plus d'humour et d'originalité pour atteindre un niveau supérieur.

3,5/5

 

08:52 Écrit par CCRIDER dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/12/2015

Pensées plus ou moins correctes (59)

marc-aurèle.jpgFRANCHISE

« Avant que tu ne parles, on doit pouvoir lire sur ton visage ce que tu vas dire. »

(Marc-Aurèle)

« La franchise ne consiste pas à dire tout ce que l'on pense, mais à penser tout ce que l'on dit. »

(H. de Livry)

« La franchise est le moyen le plus déguisé d'être malveillant à coup sûr. »

(Henry Bataille)

FRANC-MACONNERIE

« Pour moi, le grand danger de la franc-maçonnerie en ces temps difficiles, c'est que c'est une école de modération, car on en vient à l'idée qu'il n'y a pas de noir, pas de blanc, que du gris. Toutes les idées se valent et à partir de là, les idéaux maçonniques amènent petit à petit les gens à faire partie du marais. »

(Emmanuel Ratier)

FREQUENTER

« Dis-moi qui tu fréquentes, je te dirai qui tu es. »

FRERE

« Nous devons apprendre à vivre comme des frères, faute de quoi nous périrons comme des imbéciles. »

(Martin Luther King)

FUTUR

« Le futur appartient à celui qui a la plus longue mémoire »

(F.Nietzsche)

 

09:07 Écrit par CCRIDER dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/12/2015

Joyeux Noël

images.jpg

08:16 Écrit par CCRIDER dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/12/2015

Les bons samaritains (Nouvelle extraite du recueil "Dorian Evergreen")

09:11 Écrit par CCRIDER dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/12/2015

Expresso Love (Chapitres 1 à 7)

09:19 Écrit par CCRIDER dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/12/2015

Services spéciaux 1935 - 1945 (Paul Paillole)

index.jpgEn 1935, alors que tout commence à mal tourner en Europe (Nuit des longs couteaux, Incendie du Reichstag, plébiscite d'Hitler, entrainement en URSS de la Luftwaffe et scandales financiers en France), le jeune lieutenant Paillole, frais émoulu de Saint-Cyr et sortant d'un stage dans la Gendarmerie, se retrouve nommé au 2ème Bureau, sous les ordres du commandant de Robien. Très vite, il découvre les agissements de l'Abwehr, service secret militaire allemand dirigé par l'amiral Canaris. Des agents infiltrés lui apprennent le projet d'Hitler de réoccuper la rive gauche du Rhin. Et ce n'est que le tout début d'une carrière de dix années qui le mènera de Paris à Marseille en zone non occupée, puis à Alger en passant par Madrid et Londres.

Que de découvertes ne fait-on pas en lisant ce gros livre aussi touffu que passionnant. Souvent l'histoire officielle ignore l'autre, l'histoire secrète, celle que se livrent les services secrets, qui n'est pas moins cruelle et moins importante que l'autre. Le contre-espionnage français de l'époque, sans grands moyens et avec des directions aussi chaotiques que celles de Darlan puis de Giraud puis de de Gaulle, ne déméritera jamais et portera même de très rudes coups à l'ennemi. Lequel parviendra d'ailleurs à craquer tous les codes secrets de la Marine de Toulon alors que de notre côté la machine « Enigma » des nazis n'avait plus de secret. L'Abwehr sera également en possession des plans de la ligne Maginot alors que nos services connaissaient le plan de contournement mis au point par la Wehrmacht. Que d'erreurs auraient pu être évitées, que de vies auraient pu être sauvées si les responsables politiques et militaires avaient mieux tenu compte des rapports de leurs services spéciaux ! Lesquels durent payer un lourd tribut (300 morts) pour la libération du territoire. De notre côté, les exécutions, condamnations à mort pour trahison et autres opérations de liquidation de collabos furent fort nombreuses. La force de ce livre, outre sa grande précision, est sa totale honnêteté. Paillole balance tout, même l'arrivisme de de Gaulle, c'est dire. Livre indispensable à qui veut découvrir la réalité des services secrets de cette époque terrible.

4/5

 

Citations :

« J'ai vu la guerre se faire sans être déclarée ; la subversion, produit perfide de la propagande, violer sans violence ; le sabotage négliger le plastic pour attaquer le moral ; l'espionnage se faire sans espion ; la politique masquer la trahison ; les nations maîtrisées sans combat. »

« – Je vous l'ai dit. Il sera bien difficile de nous entendre. Nous ne sommes pas sur la même longueur d'onde. Ici : "Un seul but : la victoire !" Là-bas : "Un seul but : le pouvoir !" »

 

09:05 Écrit par CCRIDER dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/12/2015

Pensées plus ou moins correctes (58)

Clémenceau.jpgFRANCAIS

« Que les Français n'oublient jamais qu'un grand peuple peut disparaître. »

(Georges Clémenceau)

« Si les Français perdent une bataille, un épigramme les consolent ; si un nouvel impôt les charge, un vaudeville les dédommage ; si une affaire sérieuse les occupe, une chansonnette les égaye, et le style le plus simple et le plus naïf est toujours relevé par des traits malins et des pointes piquantes. »

(Carlo Goldoni)

FRANCE

« La France n'est réellement elle-même qu'au premier rang ; seules de vastes entreprises sont susceptibles de compenser les ferments de dispersion que son peuple porte en lui-même. »

(Charles de Gaulle)

« France, mère des arts, des armes et des lois. »

(Joachim du Bellay)

« Pour tout homme, le premier pays est sa patrie et le second, c'est la France. »

(Thomas Jefferson)

« En France, le premier jour est pour l'engouement, le second pour la critique et le troisième pour l'indifférence. »

(J.F. De La Harpe)

« En France, on laisse en repos ceux qui mettent le feu et on persécute ceux qui sonnent le tocsin. »

« La France a toujours manqué d'égoïsme. Elle a plus fait pour la civilisation qu'aucun autre pays d'Europe, et elle n'a jamais demandé son salaire. L'Univers est notre débiteur ; nous le fournissons d'idées depuis trois ou quatre cent ans, et l'on ne nous a rien donné en échange. »

(Edmond About)

« France de ton malheur, tu es cause en partie,

Je t'en ai par mes vers mille fois avertie,

Tu es marâtre aux tiens et mère aux étrangers

Qui se moquent de toi quand tu es en danger,

Car la plus grande part des étrangers obtiennent

Les biens qui à tes fils justement appartiennent. »

(Ronsard)

 

 

 

09:00 Écrit par CCRIDER dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/12/2015

Les mélodies de la chasse d'eau (Philippe Azar)

Untitled 1.pngIntermittent du spectacle, c'est à dire humoriste courant le cachet, Alexandre essaie de gagner sa vie en exerçant toutes sortes de petits boulots minables et mal rémunérés comme manutentionnaire au marché gare ou serveur dans une grande brasserie. En attendant le jour béni où il pourra percer comme comédien, il lui faut aider Nina, la femme qu'il aime, à faire bouillir la marmite et à élever leur enfant qu'il appelle « le microbe ».

« Les mélodies de la chasse d'eau » est un roman d'auto-fiction relatant les galères d'un homme qui se voit obligé de travailler dans des secteurs qui lui déplaisent souverainement. Le lecteur y trouve un intérêt certain ne serait-ce que par la description du quotidien de métiers assez peu connus ainsi que des affres de la scène. Si l'auteur s'égare parfois un peu trop dans des tirades fulminantes sur l'exploitation de l'homme par l'homme, il n'en reste pas moins ferme sur un style de langage parlé, tonitruant, presque écrit au fil de la plume et pourtant fort agréable à lire. Dommage que ce texte bourré d'anecdotes amusantes ou attristantes mais toujours passionnantes soit entaché de très nombreuses coquilles. Un premier roman honnête et si attachant qu'il est difficile d'en abandonner la lecture. Un auteur à suivre.

4/5

 

08:29 Écrit par CCRIDER dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/12/2015

Les Faux As (Chapitres 1 à 28)

08:51 Écrit par CCRIDER dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/12/2015

L'auto (Roland Dubillard)

Dubillard.jpgUN : Vous entendez quelque chose ?

DEUX : Non.

UN : C’est ce qu’il faut.

DEUX : Vous êtes sûr que nous roulons ?

UN : C’est une splendeur, cette automobile. Bien sûr que nous roulons. Ce n’est tout de même pas les maisons qui roulent, et vous voyez bien qu’elles défilent.

DEUX : De ce côté-là, oui.

UN : De l’autre côté, aussi.

DEUX : Ah oui... de l’autre côté aussi. Oui, nous roulons, pas de doute. Ce que c’est agréable. Il suffirait de fermer les yeux, on se croirait dans son lit.

UN : Vous pouvez. Moi, il vaut mieux pas que je les ferme.

DEUX : Non. Vous êtes prudent, hein ? Je n’aurais pas cru.

UN : Prudent, prudent... j’irais plus vite, s’il n’y avait pas cet imbécile de triporteur, devant nous.

DEUX : Doublez-le.

UN : Peux pas, la rue n’est pas assez large.

DEUX : Je ne savais pas que vous aviez votre permis de conduire.

UN : Je ne l’avais pas. C’est comme la voiture, je l’ai gagnée, il y a quinze jours.

DEUX : Mais dites-moi, vous les faites tous, les concours.

UN : Non, celui-là, c’est ma femme. C’était un concours pour les sous-vêtements féminins, vous savez ? La gaine Starlett. Seulement, comme du côté chaussettes du docteur Qui-rit, c’est moi qui le faisais, le concours pour gagner l’auto, le permis de conduire on l’a mis à mon nom.

DEUX : C’est bien, les concours. Moi, en ce moment, je fais celui du fromage qui fait floc, vous savez ? Le fromage immangeable.

UN : Qu’est-ce que c’est, le gros lot ?

DEUX : Un fauteuil à l’Académie française.

UN : Ça vaut la peine, c’est du bon fauteuil.

DEUX : Oh, mais dites donc ! Vous gazez, hein ?

UN : Oui, je fais une pointe ; quand le compteur marquera 150, vous me

préviendrez. En plein Paris, ce n’est pas prudent de dépasser 150.

DEUX : Ben, qu’est-ce qu’il est devenu, le triporteur ?

UN : Le triporteur ? Oh, je lui ai passé dessus. Sans ça, on n’en finit pas.

DEUX : J’ai rien senti.

UN : Vous pensez ! Une automobile comme ça, avec les amortisseurs qu’elle a dans tous les coins, on écraserait son père et sa mère sans que ça fasse une secousse. »

 

08:43 Écrit par CCRIDER dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/12/2015

Merci pour ce macchab' (Comte de Kerkadek)

cover225x225.jpegUn soir, lors d'une promenade sur le port, une personne de petite taille raconte à son ami, le comte de Kerkadek, qu'il l'a vu en rêve en train d'écrire un roman policier alors que l'assassin habitait chez lui. Mais Kerkadek est un écrivain maudit qui voit tous ses manuscrits refusés par les éditeurs. Finalement, tous deux décident de se lancer dans l'écriture à quatre mains dans la cabane de pêcheur du comte. L'ennui, c'est qu'il ne sort rien de bon de cette collaboration. Les chapitres pairs sont niais et ennuyeux alors que les impairs sont plus violents mais mal écrits. La servante bigoudène qui veille à leur confort finit par se laisser aller. Pour passer le temps, elle, qui n'a jamais rien lu, se met à se passionner pour un livre déniché chez un vieux bouquiniste...

« Merci pour ce macchab' » est un très court roman ou une longue nouvelle policière amusante et assez imprégnée de fantastique. D'inspiration très bretonne, le lecteur y trouvera quelques farfadets, elfes et korrigans dont on se demande ce qu'ils font dans cette histoire distrayante car pleine de fantaisie barrée et surtout d'humour décalé. Les allusions et clins d'oeil raviront les amateurs de littérature. Quant à la biographie complètement loufoque qui se trouve en fin d'ouvrage, elle complète parfaitement un ensemble aussi agréable que divertissant. Mis gratuitement à disposition par les Editions de Londres. Pourquoi s'en priver ?

4/5

 

08:25 Écrit par CCRIDER dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/12/2015

Le livre de la bonne humeur (Daniel Ichbiah)

cover225x225.jpegDes célébrités qui ont été des cancres à l'école aux grands esprits qui se sont trompés sur l'avenir du train, de la radio, du cinéma ou de l'ordinateur, en passant par les virelangues, ces phrases difficiles à prononcer mais si utiles pour les comédiens ou par des histoires de chats capables de parcourir des centaines voire des milliers de kilomètres pour rentrer chez eux, les rubriques, anecdotes, historiettes et autres citations (Alain, Warren Buffett et autres...) ne manquent pas dans cette sympathique anthologie de la bonne humeur.

Charmant fourre-tout de bizarreries amusantes, ce livre a pour but de divertir avec toutes sortes de curiosités sans grand lien les unes avec les autres. On apprend ainsi le véritable nom de chanteurs, chanteuses, comédiens et comédiennes célèbres tout comme on y découvre ou redécouvre la fameuse triple passoire de Socrate. Avant de raconter quelque chose à propos de quelqu'un toujours se demander si c'est vrai, bon et utile. Au bout du compte, un livre facile à lire qui fait passer un agréable moment sans prise de tête mais avec la possibilité d'apprendre diverses choses plus ou moins signifiantes pour le lecteur. Merci à l'auteur de l'offrir en libre accès sur toutes les plateformes.

3,5/5

 

08:59 Écrit par CCRIDER dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |