31/08/2014

L'écrivain national (Serge Joncour)

L'écrivain national.gifDans une petite ville du centre de la France, un vieux maraîcher, ancien d'Indochine et soupçonné de disposer d'un joli magot, vient de disparaître sans laisser de traces. Aurélik et Dora, deux jeunes marginaux fort mal acceptés dans la région, sont soupçonnés de l'avoir assassiné et d'avoir fait disparaître son corps. Aurélik a été incarcéré et Dora laissée en liberté. Serge, surnommé autant par admiration que par dérision « l'écrivain national », a été invité dans le coin pour y écrire un feuilleton vantant les beautés de la région. Il s'intéresse à l'affaire et commence à mener une enquête très personnelle car il n'est pas insensible au charme de Dora, jolie hongroise de quinze ans sa cadette...

« L'écrivain national », même s'il a un volet « roman policier » ou « roman noir » n'en est pas seulement un tant la description de cette petite société villageoise, repliée sur elle-même et un peu endogame est soignée et réaliste. Joncour connaît bien la France profonde et la rend à merveille. L'intrigue policière est plutôt un prétexte. La résolution de l'énigme est assez convenue et au bout du compte assez secondaire. Les personnages, l'ambiance générale et les problèmes sociaux sous-jacents sont nettement plus intéressants. Ecrit à la première personne du singulier, ce texte donne l'impression d'être le témoignage sincère et honnête de l'auteur lui-même, enquêteur un peu gaffeur et fort peu perspicace qui accumule dans un premier temps bourdes et maladresses et n'est pas loin de se mettre tout le monde à dos... Très agréable à lire car écrit dans un style fluide et de fort belle facture, « L'écrivain national » est un livre passionnant autant par son réalisme et son naturalisme que par les confidences ou révélations sur la vie pas si exaltante que cela de l'écrivain moyennement connu. Joncour serait-il le Zola du XXIème siècle ?

4,5/5

09:02 Écrit par CCRIDER dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.