04/07/2014

Le vent des moissons (Jean-Pierre Jaubert)

Le vent des moissons.jpgNon loin d'Orléans, Alexandre Leclerc règne en patriarche sur son domaine de « La Rose des vents ». Veuf très jeune, il ne s'est jamais remarié et a élevé ses trois enfants avec sa soeur Angélina restée vieille fille pour pouvoir seconder son frère. Le fils aîné a pu faire de bonnes études, devenir chirurgien, faire un beau mariage et se retrouver responsable de la clinique privée de son beau-père, comblant Alexandre de joie et de fierté. Il n'en a pas été de même avec Sylvie, fille-mère à 17 ans qu'il a chassé de la ferme en la maudissant et avec Maurice, champion cycliste en herbe qui s'est fait prendre pour dopage et a été interdit de compétition pendant deux ans. Sans oublier que l'exploitation agricole est trop petite et que son extension vire à l'obsession dans l'esprit d'Alexandre.

« Le vent des moissons » se présente comme un très classique et très bien ficelé roman de terroir alors qu'il s'agit au départ d'un feuilleton télé réalisé pour TF1 par Jean Sagols. L'intrigue est très bien menée, les péripéties, coups du destin et catastrophes en tous genres ne manquent pas de telle sorte que ce livre se lit très vite et qu'on peut difficilement le lâcher avant la fin. Les personnages bien campés sont tous pétris d'humanité depuis Alexandre le vieux patriarche bourru, autoritaire qui finit par faire le vide autour de lui jusqu'au fils de Sylvie, petit gamin attachant, en passant par les portraits de femmes avec leurs amours, leurs dévouements, leurs rebellions, leurs déceptions... Tout est finement observé même les problèmes du monde agricole, mécanisation à outrance, agrandissement exponentiel de la taille des exploitations et difficultés de plus en plus grandes à tirer un revenu de l'agriculture. Une belle réussite si on excepte une fin trop en « happy end » assez peu vraisemblable. Bonne expérience de lecture quand même. A conseiller aux aficionados du genre.

4/5

08:28 Écrit par CCRIDER dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.