20/04/2014

Il faut beaucoup aimer les hommes (Marie Darrieusecq)

Il faut beaucoup aimer les hommes.jpgA Los Angeles, Solange, jeune actrice française cantonnée dans les seconds rôles et les utilités pour le cinéma hollywoodien, rencontre Kouhouesso, un bel acteur d'origine camerounaise, qui débute dans la mise en scène et voudrait tourner son premier film au Congo. C'est vite le coup de foudre entre cette blanche et ce noir. Solange ne vit plus que dans l'attente du retour de Kouhouesso lequel semble un peu moins emballé que sa nouvelle partenaire tout occupé qu'il est par la préparation de son film. Il lui propose néanmoins un petit rôle aux côtés de George (Clooney ?) et de Vincent Cassel. Sur quoi débouchera leur relation ?

Roman sentimental à fort potentiel introspectif, « Il faut beaucoup aimer les hommes » présente surtout l'intérêt de dépeindre à petites touches, de façon impressionniste et aléatoire, les moeurs du petit milieu du cinéma américain, un monde un peu (beaucoup) frelaté, faisandé, hypocrite et snob avec ses fêtes, ses excès (sex, drugs & rock n' roll) et ses paillettes. Trompe l'oeil, miroir aux alouettes et convivialité artificielle avec de cruelles déceptions à l'arrivée. Solange et Kouhouesso donnent l'image d'un couple « beau, riche et heureux », mais est-ce bien la réalité ? Qu'y a-t-il derrière tout ce glamour ? La présentation de la quatrième de couverture donne dans le minimalisme : « Une femme rencontre un homme. Coup de foudre. L'homme est noir, la femme est blanche. Et alors ? » Elle se veut provocatrice et choquante. L'éditeur a dû se tromper de siècle. En 2014, un thème comme celui-là est d'une parfaite banalité. Il suffit de mettre le nez dehors pour s'en convaincre. Nous ne sommes plus dans les années 60 de l'autre siècle quand un certain Guy des Cars décrivait les amours d'un noir et d'une blanche et choquait le bourgeois bien pensant. Alors qu'est-ce qui distingue vraiment ce livre ? Sans doute le style particulier de l'auteure. Il sort de l'ordinaire par la magie d'une suite de maladresses voulues, de répétitions, de lourdeurs et de redondances assumées. L'ennui c'est que l'intrigue et les personnages laissent relativement indifférents. Plus intéressantes sont les difficultés que rencontre le héros pour réaliser son film. Sans doute faut-il être très fleur bleue et très sensible à la psycho style « Biba » ou « Cosmopolitan » pour crier au chef d'oeuvre. Pourtant ce livre a déjà obtenu le Prix Médicis.

3/5

(Livre chroniqué pour le jury du Prix Océans France Ô)

09:14 Écrit par CCRIDER dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.