26/11/2013

Le boulevard des allongés (Frédéric Dard)

Le-Boulevard-des-allonges.jpgA Chicago, un gangster surnommé « L'ange noir » roule dans une voiture en compagnie de sa petite amie quand il s'aperçoit qu'il est filé par un autre malfrat. Il a vite fait de lui faire avouer pour qui il travaille. Il s'agirait d'un certain Little Joly, un vieux receleur homosexuel qu'il connaît bien. Mais quand l'Ange noir arrive au domicile de Joly, il ne découvre que son cadavre. Et pour ne rien arranger, la police lui tombe dessus, l'arrête et le met en prison pour assassinat... Ainsi débute une aventure policière assez échevelée qui verra se succéder évasion, course poursuite, acrobaties, complicités surprenantes sans parler de toutes sortes de coups tordus et de rebondissements divers et variés...

« Le boulevard des allongés » est un texte assez ancien du regretté Frédéric Dard. Il date d'avant les San-Antonio qui le propulsèrent au sommet de l'Olympe du roman policier à la française. Dans la lire Boudard, A.D.G ou Audiard. C'est à dire avec un style truculent, frondeur, rempli d'argot, de tournures drolatiques et d'images amusantes. En effet, dans ce texte écrit dans ses débuts et sans doute pour faire bouillir la marmite comme on dit, Dard déploie tout son art. Comme il le dit lui-même : « Du temps que je la pilais, histoire de me dépanner l'estom', j'avais pondu cette prose surchoix. Un vrai nectar ! Du San-Antonio d'avant San-Antonio, en somme. Tu vas voir, tout y était déjà : la trouduculence, la connerie, le m'enfoutisme, et même le reste. Surtout le reste ! » A ceci près que l'Ange Noir est un très très méchant truand et pas un commissaire de police de choc et qu'il sème autant de cadavres sur sa route que le petit Poucet de cailloux sur son chemin. Là encore, Dard se montrait précurseur. Il avait déjà dépassé le simple roman noir à l'américaine (enfin dans un dérivé du genre) pour jeter les premières bases de ce qu'on appellerait plus tard thriller. Et avec un tel panache et une telle gouaille que cette histoire de truand flingueur n'a pas pris une seule ride et se lit encore aujourd'hui avec grand plaisir.

4,5/5

08:44 Écrit par CCRIDER dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.