25/10/2013

Gérard de Nerval (Jean-Paul Bourre)

Gérard de Nerval.jpgNé à Paris en 1808 et mort pendu en 1855, Gérard Labrunie dit Gérard de Nerval fut un écrivain et un poète, ami d'Alexandre Dumas et de Théophile Gautier, surtout connu pour ses recueils en vers « Aurélia », « Les filles du feu », ses nouvelles « Sylvie » et ses chroniques. Il connut nettement moins de succès dans ses créations théâtrales ou dans la fondation d'un journal qui favorisa sa ruine. Romantique et passionné par le paranormal, l'ésotérisme et les mondes parallèles, il se sent plus proche d'Hoffmann ou d'Holderlin que de Musset ou de Lamartine. Dans le dernier chapitre, l'auteur le présente aussi comme précurseur et sans doute inspirateur de Rimbaud et propose des parallèles très convaincants. Orphelin n'ayant jamais connu sa mère, il n'aura de cesse de rechercher la femme idéale, mythifiée, placée sur un piédestal si élevé qu'elle en devient inaccessible. Pourtant il fut sans cesse entourée de femmes, mais se comporta toujours en amant platonique ou éconduit. Seule exception, qui n'est pas certaine à 100%, une expérience sordide et sans doute lamentable d'une nuit (sans lendemain) dans un hôtel minable avec l'actrice Jenny Colon.

Toute l'existence du poète maudit, du « mal-aimé » comme il s'appelait lui-même, semble régie selon le principe de la roue, du mouvement perpétuel, de l'éternel retour. Par exemple, il met en scène sa mort, rue de la Vieille Lanterne, en se pendant à la grille d'un soupirail, à quelques pas de l'endroit où il naquit, bouclant ainsi la boucle dans un des endroits les plus lugubres de Paris, le quartier des Boucheries avec ses ruelles tortueuses, véritables coupe-gorges, ses rigoles pleines de sang, ses carcasses abandonnées en tas ou jetées à la Seine, allégorie du dernier cercle de l'Enfer de Dante. Il meurt dévêtu, après avoir vendu sa dernière redingote, dans le froid et la neige, rejoignant ainsi le destin de sa propre mère morte de froid et de maladie dans la lointaine Silésie. Et ceci n'est qu'un exemple des paradoxes et malédictions de ce personnage présenté dans cet ouvrage de façon plus thématique que chronologique, plus impressionniste et poétique que biographique à proprement parler. Il n'en demeure pas moins que cet essai impressionniste ou ce portrait plein de nuances permet de redonner vie à un des personnages les plus attachants de la littérature française et dont l'importance est un peu sous-estimée aujourd'hui comme hier. Nerval n'a jamais connu ni la gloire ni la fortune contrairement à Dumas ou à Hugo. Dans cet ouvrage fort réussi, Jean-Paul Bourre lui rend brillamment justice en ne cachant rien des côtés obscurs du personnage (alcool, absinthe, drogues, outrances et autres crises ou provocations). Le tout conté de façon alerte et agréable, ce qui ne gâte rien et permet de ne pas lâcher ce livre qui se lit comme un roman. Les amateurs de poésie, les lecteurs qui s'intéressent au romantisme et aux précurseurs des ouvreurs « des portes de la perception », ces hippies avant l'heure, apprécieront sans aucun doute.

4,5/5

08:27 Écrit par CCRIDER dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.