02/09/2013

Manuel de survie à l'usage des incapables (Thomas Gunzig)

Manuel-de-survie-a-lusage-des-incapables_9307.jpgPour aider sa direction à se débarrasser de Martine Laverdure, caissière capverdienne trop lente à la manoeuvre, l'agent de sécurité Jean-Jean l'espionne pour prouver qu'elle fréquente Jacques Chirac Oussoumo, le responsable fruits et légumes et que leur liaison représente un réel préjudice pour l'hypermarché qui les emploie. Dans le même temps, quatre loups, respectivement baptisés Blanc, Gris, Brun et Noir, montent une attaque de fourgon blindé, liquident les convoyeurs de fonds et s'emparent de la recette de ce géant de la distribution banlieusarde. Mais tout va se compliquer quand la route de l'incapable Jean-Jean va croiser celle des quatre loups gangsters qui s'avèrent être en réalité les fils abandonnés de ladite Martine Laverdure. Jean-Jean pourra bénéficier de l'aide de la belle Blanche de Castille Dubois, du service de Synergie et Proaction, mais cela sera-t-il suffisant pour lui sauver la mise ?

En dépit de son titre qui n'a pas grand rapport avec ce qu'on trouve à l'intérieur, « Manuel à l'usage des incapables » est une sorte d'OVNI littéraire particulièrement succulent, tout à la fois thriller, roman noir, roman d'anticipation, roman d'aventures, pastiche, roman social et même conte philosophique plein d'humour décalé assez typiquement belge. C'est gore et tendre, sinistre et drôle, insensé et intelligent, réfléchi et loufoque. Une sorte de cocktail paradoxal comme le lecteur en rencontre rarement. Sous des dehors d'aventures abracadabrantesques présentées de façon loufoque ou monstrueuse, l'auteur arrive quand même à nous livrer une description fidèle de l'univers impitoyable des coulisses d'un grand supermarché, des méthodes agressives des commerciaux ou de la mentalité simpliste des « jeunes » de cités. Il va même jusqu'à nous amener à réfléchir sur des thèmes aussi sérieux que les manipulations génétiques, la « brevetisation » du vivant, la « merchandisation » généralisée ou l'exploitation des travailleurs précaires. (L'histoire n'est pas datée, mais on peut la situer dans une sorte de futur très proche). Bien sûr, Gunzig joue de l'eau-forte, de la caricature, ce qui peut à premier vue sembler gore, balourd ou « hénaurme » mais peut également suggérer toutes sortes de vérités diffuses si on l'envisage plus finement, un peu comme un train peut en cacher un autre. Situations et personnages sont outrés, improbables et en même temps pleins de réalisme et si proches de nous qu'on ne peut dire que : « Chapeau, l'artiste ! » Un style clair, flamboyant, rythmé et si agréable que ce bouquin étrange ne se lit pas, il se dévore et on regrette même que ces 450 pages soient lues si rapidement. Une très très belle réussite. Un drôle de petit bijou qui divertit en faisant réfléchir. Que demander de plus ?

(Critiqué dans le cadre d'une opération « Masse Critique » sur Babélio)

5/5

09:14 Écrit par CCRIDER dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.