25/07/2013

Festivus festivus (Philippe Muray)

 Festivus festivus.jpgSous ce titre un peu étrange, se cache la compilation de sept longs entretiens que le romancier et essayiste malheureusement disparu a accordé à la journaliste Elisabeth Levy de 2001 à 2004 et qui furent publiés partiellement dans la revue « Immédiatement ». S'intéressant au monde moderne et surtout à l'avenir odieux qu'il nous réserve, Muray pense que l'Occident est en train de se retrouver de l'autre côté du miroir, dans ce qu'il appelle l'après-histoire, le post historique que l'on pourrait définir comme l'inversion de toutes les valeurs et la régression vers la barbarie par le biais d'une infantilisation généralisée soigneusement mise en place par certains nocifs bien connus comme Bertrand Delanoe. Festivus festivus serait le stade ultime de la décomposition et de la décérébration de l'homme. Tout comme il y eut l'homo sapiens puis le sapiens sapiens, nous avons vu apparaître successivement l'homo festivus, c'est à dire l'humain qui n'a qu'un seul but faire la fête, festiver. puis son ultime avatar, festivus festivus, celui qui festive de festiver plus qu'il ne festive pour festiver... Muray se comportant en moraliste et en sociologue, démonte tous les mécanismes pervers que les pourrisseurs déploient pour saper toutes les bases de nos sociétés. Pour étayer son étude, il se sert d'exemples plus ou moins anecdotiques piochés dans l'actualité. Il nous décrit Paris-Plage, ces quelques mètres carrés de sable étalés sur du macadam qui n'ont de plage que le nom et ne sont donc qu'une chimère ou qu'une illusion pour gogos et bobos. Il nous montre que tout est à l'avenant. Il s'agit toujours de nous faire prendre des vessies pour des lanternes, nous faire renoncer à tout en échange de fausses valeurs, de fausses idées, de fausses réalités. Petit à petit, de technoparade en gay pride, de quinzaine de la haine anti FN en guerre d'Irak, de Mel Gibson à Saddam Hussein, du « fabuleux destin d'Amélie Jospin au piteux destin d'Amélie Poulautre », des tenants de l'art contemporain aux intermittents du spectacle, l'actualité se transforme en véritable mine d'exemples pitoyables illustrant la coruscante démonstration que nous présente l'auteur.

On peut ne pas toujours être d'accord avec les décapantes analyses de Muray, il n'en demeure pas moins que personne ne pourra en nier leur intelligence, leur subtilité et leur justesse. Nulle doute que notre époque a de quoi inquiéter même les plus insouciants. Même si cette utilisation constante de faits divers fait déjà un peu dater ces textes, ils n'en demeurent pas moins d'une lecture instructive et surtout agréable ne serait-ce que par le style fleuri, ardent et drôle de l'auteur qui n'hésite pas à user d'oxymores, de néologismes (artistocrate, rebellocrate), de jeux de mots (maton de Panurge, mutin de panurge) et de calembours (on sent l'influence de Jarry) pour emporter l'adhésion de son lecteur. Quel esprit et quel humour !

4/5

 

01:58 Écrit par CCRIDER dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.