12/07/2013

Roues carrées (Philippe Muray)

Roues carrées.jpgUn reportage surprenant nous présente la première « Grande parade de la Fierté adultère, adultère et adultère » comme une immense réussite. Cette belle manifestation n'aurait jamais existé sans l'initiative d'une certaine Marjolaine Lebarbier, de son amant Alain Senez et de son mari Paul-Louis Lebarbier, tous trois lassés de devoir dissimuler leur état et de se sentir perpétuellement rejetés, ostracisés et discriminés par d'infâmes réactionnaires rétrogrades atteints de clandestinophobie pathologique... L'association des « Vrais amis de Jean-Patrick Cerestes » vient de lancer sur Internet une grande pétition de soutien en faveur de l'auteur de deux romans « Enculés » et « Enculées », ouvrages ayant déclenché une polémique chez les esprits obtus qui menacent de réclamer des mesures de censure par voie judiciaire... Lassé de ses choix de vie qui vont tous dans la ligne générale et habituelle des bien-pensants, un écrivain décide d'arrêter de moderner. Mais ce n'est pas une mince affaire. Le modernisme est une drogue dure et la désintoxication risque d'être délicate...

« Roues carrées » se présente comme un recueil posthume composé de trois nouvelles ou plutôt de deux nouvelles et d'un roman inachevé (ou une novella vue le format) du très regretté Philippe Muray, esprit caustique et coruscant s'il en fut qui n'avait de cesse de fustiger son époque avec un brio tout particulier. Lire ces textes est un véritable régal pour l'esprit, une dégustation de caviar pour neurones. Tous les travers de nos contemporains, toutes les folies de notre temps, toutes les dérives, toutes les déviances sont égratignés avec élégance, finesse, mine de rien, l'air de n'y pas toucher et au bout du compte, l'ultra-moderne « connerie » s'y retrouve laminée, écrabouillée et ridiculisée comme ce n'est pas possible. Muray sait à merveille user du calembour, du paradoxe, du second degré (quand ce n'est pas du troisième ou du quatrième...), sans oublier l'oxymore, son arme favorite. Sa dérision désabusée, son humour noir ravageur font merveille dans ces trois charges contre le monde de ces bobos bizounours qui passent leur temps à se voiler la face, à nier la réalité et à donner des leçons de morale à tout le monde. Un petit bijou d'intelligence et d'esprit frondeur à ne rater sous aucun prétexte.

5/5

08:49 Écrit par CCRIDER dans Livres | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Merci pour la découverte.

Écrit par : éric | 13/07/2013

Les commentaires sont fermés.