07/12/2012

Un parrain de cendre (Jean Anglade)

Un parrain de cendre.jpgA Treignac en 1924, dans le Limousin, un couple d'agriculteurs, Clémente et Thérèse Peyrissaguet, en est à son dixième enfant quand un notable du coin les propose pour le Prix Cognacq-Jay, créé pour récompenser les familles nombreuses. Ils le remportent et touchent la coquette somme de 20 000 francs qui leur permet d'acquérir partiellement leurs terres et d'acheter une jument, une carriole et un moulin à céréales. Au douxième enfant, une petite fille, ils obtiennent le parrainage du Président de la République, Gaston Doumergue, mais cette glorieuse distinction n'apportera quasiment rien à ces paysans modestes, tout juste un diplôme, une lettre et une toute petite somme d'argent. Et pourtant, ils baptiseront leur fille « Gastounette », enverront leurs voeux au Président et feront tout leur possible pour se rappeler à son bon souvenir. Dotée de ce parrain « de cendre », la petite Gastounette, dite « Tounette » après un début aussi glorieux, n'aura qu'un destin des plus communs...

Un joli roman de terroir comme sait si bien en écrire ce bon Jean Anglade qui nous fait suivre sur plus d'un demi-siècle la vie modeste d'une petite paysanne entre les prairies du haut Limousin et les coutelleries de la ville de Thiers. Occasion d'une plongée dans le monde de l'avant guerre avec la guerre d'Espagne, le Front Populaire, la montée en puissance d'Hitler, la Seconde Guerre Mondiale avec ses privations (pas pour tout le monde) et l'après-Guerre avec le début des Trente Glorieuses, l'arrivée de l'électricité, de la radio et enfin de la télévision jusqu'au fin fond des campagnes. Courageuse, malheureuse et fidèle, Tounette est un magnifique personnage attachant et bien représentatif des gens de cette époque. Famille et belle-famille sont particulièrement bien croquées et présentées avec humanité, tendresse et un soupçon d'humour et de malice. Ecriture fluide et agréable. Un petit bijou à consommer sans modération.

4,5/5

09:23 Écrit par CCRIDER dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.