03/12/2012

La femme du futur (François Coupry)

la femme du futur.jpgDr Jekyll et Mister Hyde devisent en buvant quelques verres sur le thème de l'improbabilité et de l'incertitude d'un monde où rien ne se tient et où tout est fluctuant. Le révolutionnaire d'hier devient le réactionnaire de demain. Ce qui était d'arrière-garde voire du dernier ringard se retrouve soudain d'avant-garde et furieusement tendance... Un homme de trente ans qui se déclare fou n'arrive pas à se faire admettre à la crèche, ni à l'asile de d'aliénés, ni chez les gitans. Il veut rendre l'argent qu'il reçoit chaque mois et payer des impôts. Mais il n'y parvient pas car il n'existe pas, il ne figure sur aucun registre. Que devra-t-il faire pour devenir un homme comme tout le monde ?... Des microbes se promènent à l'intérieur d'un corps de femme qui leur semble immense et qui leur sert de garde-manger. De ci, de là, ils font toutes sortes de dégradations. Mais leur vie devient nettement plus compliquée quand des armées de rousses nues les pourchassent et réparent les dégâts causés... Après avoir été opéré de l'appendicite, un patient aggrave son cas pour pouvoir rester plus longtemps à la clinique... Anna Wooh vit dans un monde où l'on gagne de l'argent sans travailler, où tout les gens sont riches, où il n'y a pas de pauvres, où les machines se réparent toutes seules et où tout le monde est beau, insouciant et gentil. Mais Anna a des doutes. Elle cherche même à prouver que la réalité existe...

Cette compilation de cinq titres peut surprendre le lecteur autant par ses thèmes que par son style. Le format des quatre textes principaux est plus proche de celui de la novella que de celui de la nouvelle à proprement parler. A elle seule, chaque histoire aurait pu être un véritable roman et aurait d'ailleurs gagné à rester publiée séparément. En effet, Coupry cultive très soigneusement le paradoxe, l'incohérence et surtout l'inversion des valeurs et des réalités. Avec lui, l'argent fait le malheur et est inutile, le travail n'est pas la santé, les banques ne sont que des bâtiments vides et les bourses sont toutes virtuelles... L'ennui, c'est que sur la longueur, cela tourne au répétitif et à l'exercice de style. Il n'en demeure pas moins que l'univers de Coupry, particulièrement dans le titre éponyme, « La femme du futur », est hautement déstabilisant et a quelque chose à voir avec celui des plus grands auteurs de l'absurde et de l'étrange comme Lewis Carroll, Ionesco, Italo Calvino et même Kafka, par certains côtés. Néanmoins le style reste un peu lourd et cumulatif, voire agrégatif, ce qui demande un peu d'effort de la part du lecteur. Un ensemble étonnant et non dépourvu d'une certaine poésie. Cartésiens s'abstenir !

3,5/5

08:49 Écrit par CCRIDER dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.