11/11/2012

L'écureuil des vignes (Jean Anglade)

L'écureuil des vignes.jpgVers 1830, en Auvergne, le jeune Sylvain Sahut aide son père carrier et tailleur de pierres de lave en travaillant comme « écureuil », c'est à dire en marchant à l'intérieur d'une roue qui servait de grue ou de monte-charge fonctionnant grâce à cette traction humaine. Malheureusement, la poussière de lave lui occasionne de graves crises d'asthme qui lui interdisent de prendre la suite de son père. Après de courtes études de médecine à Clermont Ferrand, il deviendra « officier de santé », sorte de sous-médecin, au Mont-Dore, centre de cures thermales, avant d'ouvrir un cabinet médical à Saint Gervais, un bourg des Combrailles. Il devra faire face à la concurrence des rebouteux, magnétiseurs, sages-femmes et même du curé, tant les superstitions et les croyances étaient vivaces à cette époque. Assez tardivement, il prendra pour épouse une artiste peintre parisienne. Le brave Sylvain trouvera-t-il le bonheur ?

Un roman de terroir bien écrit et fort intéressant. Une intrigue plutôt originale basée sur la biographie d'un médecin de campagne dévoué à ses patients dans une contrée où les gens cherchaient à éviter au maximum les recours au médecin et préféraient se soigner eux-mêmes ou avoir recours à toutes sortes d'expédients. Le lecteur en apprendra beaucoup sur le sujet. On n'imagine pas combien pouvait être archaïque la médecine d'avant Pasteur. Anglade a également beaucoup étudié la vie des carriers, le travail des sculpteurs de pierre et les moeurs des campagnes auvergnates encore très arriérées et loin de tout. Le personnage de Sylvain est particulièrement attachant. On n'en dira pas autant de celui d'Hermine qui n'intervient d'ailleurs que dans le dernier tiers de l'ouvrage. Rien que pour le style vif et agréable d'Anglade, pour l'étrangeté des balbutiements de la médecine et pour l'ambiance très bien rendue de l'Auvergne du XIXème siècle, ce livre mérite amplement d'être lu.

4,5/5

09:22 Écrit par CCRIDER dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.