13/08/2012

Suzanne et les jeunes hommes (Georges Duhamel)

suzanne et les jeunes hommes.jpgSuzanne fait partie de la troupe du théâtre des Carmes, elle en est même l'actrice vedette quand Eric Vidame, le directeur et metteur en scène, pour de sordides questions d'argent préfère donner sa place à la maîtresse d'un de ses mécènes. Voyant tous ses rêves de grands rôles du répertoire lui échapper, elle part s'installer à Nesles, à la Cavée des Portes, demeure du peintre Philippe Baudoin. Elle y découvre une famille d'artistes, tous peintres, sculpteurs ou musiciens, vivant dans une grande harmonie et dans une belle simplicité, une sorte de maison du bonheur ouverte à tous les talents et où tous les jeunes hommes sont amoureux d'elle. Venue pour un court séjour, elle y restera deux mois. Pendant ce temps, Joseph voyage en Egypte, Cécile donne des concerts en Suède et Laurent se trouve à Lisbonne.

Ce neuvième et avant dernier tome de la « Chronique des Pasquier » est assez différent des autres à plus d'un titre. Plus de récit épistolaire, plus de narration tous azimuts, mais une concentration sur le personnage attachant et ambigu de Suzanne, cette âme souffrante qui ne se réalise qu'à travers la comédie et finalement ne peut vivre que par procuration. Duhamel consacre pratiquement tout le livre à cette plongée dans le monde impitoyable du théâtre avec ses metteurs en scène prétentieux, ses comédiens plus ou moins serviles ou cabots et toutes les splendeurs et misères de la mise en oeuvre d'une pièce de théâtre. Véridique et affligeant. La famille Baudoin représente une sorte d'antithèse un peu idyllique qui démontre par l'absurde que l'art peut aussi être vécu en toute gratuité et en toute sincérité naïve. Un beau roman qui reste dans le domaine familial et au sujet duquel le lecteur ne pourra s'empêcher de se poser une question de simple vraisemblance. Tous les hommes de la famille sont partis à la guerre en 1914 et tous sont revenus sains et saufs (excepté Justin, l'ami juif). Quelle chance inouïe !

4,5/5

08:42 Écrit par CCRIDER dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.