30/07/2012

La pente (M.A. Pellerin)

la pente.jpgA Meliville, petit patelin perdu dans le bocage normand, il s'en passe de belles. Deux hurluberlus repeignent un troupeau de vaches laitières à la peinture fluo avant d'abandonner une citerne en pleine nuit au milieu de la route, juste après un virage dangereux. Le résultat ne se fait pas attendre. Gérard Dagil, le clerc de notaire du village, au volant de sa voiture, percute l'obstacle inattendu et meurt des suites de cet accident idiot. Marie, la pharmacienne voisine et amie de Dagil décide de mener l'enquête. Mais avec les taiseux du bocage et dans le contexte de la rivalité entre les Germain et les Turquin, sans oublier de louches tractations pour implanter une exploitation gravière dans la vallée, la tâche va se révéler moins aisée que prévue...

Un polar ou thriller campagnard assez difficilement classable. Très travaillé au niveau du style qui se veut au plus proche du langage parlé de ces paysans aussi secrets que lourdingues et très proches de la caricature assez méchante du monde rural. Ce n'est néanmoins pas trop désagréable à lire avec toutes ces déformations patoisantes bien que Pellerin en arrive à retranscrire les dialogues à la manière d'un livret de théâtre ou d'opéra, ce qui donne une présentation sans grand intérêt. L'intrigue est relativement simple, l'enquête basique voire inconsistante, l'auteur se focalisant plus sur l'ambiance rurale ce qui donne un ensemble assez médiocre au bout du compte. Une solution peu convaincante étant proposée en toute fin d'ouvrage. N'est pas ADG qui veut...

2,5/5

08:59 Écrit par CCRIDER dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.