16/06/2012

Le corricolo (Alexandre Dumas)

le corricolo.jpgA Naples, dans le sud de l'Italie, à l'époque d'Alexandre Dumas, un corricolo est une sorte de calèche tirée par deux chevaux avançant à très vive allure en dépit de la quinzaine de personnes qui arrive à s'entasser à bord. Le grand romancier qui visite incognito la ville et toute la région, se sert principalement de ce moyen de transport particulier, souvent surprenant et parfois même dangereux. Dans les impressions de voyage qu'il nous propose, nous apprenons toutes sortes de choses. Par exemple : comment Rossini écrivit « Otello » en huit jours seulement. Comment l'impécunieux Don Philippe Villani escroc qui a plus d'un tour dans son sac parvient à soutirer de l'argent à pratiquement tout le monde sans jamais rembourser le moindre centime. Comment le roi Ferdinand qui régna 65 années sur Naples et la Sicile mourut en étant le roi le plus populaire que cette région eut connu...

Ainsi donc, Dumas nous fait-il visiter Naples quasiment rue par rue et anecdote par anecdote. Le lecteur a l'impression que l'érudition du maître est sans limite car il est capable de rappeler toutes sortes d'épisodes de l'histoire de la Rome antique aussi bien que des périodes plus récentes. C'est brillant, varié et toujours intéressant, même si ce type de livre n'a rien à voir avec les habituels romans de cape et d'épée...

4/5

Citations : « Nos théâtres sont régis constitutionnellement, nos directeurs règnent et ne gouvernent pas, suivant la célèbre maxime parlementaire. L'imprésario italien est un despote, un czar, un sultan régnant de droit divin dans son théâtre, n'ayant, comme les rois les plus légitimes, d'autre règle que sa propre volonté et ne devant de compte de son administration qu'à Dieu et à sa conscience. Il est à la fois un exploiteur habile et un père indulgent, un maître absolu et un ami fidèle, un guide éclairé et un juge incorruptible. »

« Le peuple est en général aux mains des rois ce qu'un couteau bien effilé est aux mains des enfants : il est rare qu'ils s'en servent sans se blesser. »

08:54 Écrit par CCRIDER dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.