31/05/2012

Les étranges noces de Rouletabille (Gaston Leroux)

les étranges noces de rouletabille.jpgEn 1913, les Balkans sont la proie de troubles extrêmement graves. Les Bulgares, récemment libérés du joug turc, participent à de terribles combats pour la reconquête de la Thrace. Joseph Rouletabille, jeune reporter à l'époque couvre les évènements pour le compte du journal « L'Epoque » avec l'aide du colosse La Candeur et de deux locaux, Vladimir et Tondor. Rouletabille est tombé éperdument amoureux de la belle Ivana Vilitchkov, nièce d'un grand général bulgare assassiné par les Turcs. Elle ne songe qu'à se venger du terrible Gaulow, alias Kara Selim, responsable de la mort de toute sa famille. Une course contre la montre est engagée car elle a promis de se donner à son cousin Athanase si celui-ci arrive à la débarrasser de Gaulow. L'ennui, c'est qu'elle n'éprouve rien pour lui. Et pour compliquer l'affaire, Rouletabille, non content de devoir gérer la conduite incohérente de sa dulcinée, doit encore subir les vols d'un certain Marko le Valaque, un faux journaliste qui peut lui faire grand tort dans la profession.

Ces « étranges noces de Rouletabille » sont un roman d'aventures à rebondissements et coups de théâtre multiples comme il y a longtemps qu'on en écrit plus. Et pourtant, le lecteur d'aujourd'hui peut encore y trouver un certain plaisir et même un plaisir certain ne serait-ce qu'en raison des trésors d'imagination déployés par Gaston Leroux qui complique à loisir son intrigue, part dans un sens, repart dans l'autre, liquide un personnage à un chapitre et le ressuscite pour les besoins de la cause deux chapitres plus loin. On nage dans le rocambolesque le plus échevelé. La vraisemblance n'est pas toujours scrupuleusement respectée, mais toute l'intrigue est menée au grand galop et sur un tel rythme qu'on pardonne tout et qu'on ne boude pas son plaisir. A condition d'avoir gardé une âme d'enfant, évidemment.

4,5/5

09:18 Écrit par CCRIDER dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.