22/05/2012

Fini de rire, fillette ! (Charles Exbrayat)

fini de rire, filette.jpgA Baroquier-la-Benoîte, petit village perdu de la province profonde, les mauvaises langues vont bon train. Elles accusent la plus belle fille, Marguerite, de se conduire de façon des plus malhonnêtes avec les hommes, en un mot comme en cent, de les allumer et de se comporter comme une perdue. L'abbé Quettehou est désolé car il la considérait comme sa meilleure catéchumène. Mais quand elle est retrouvée étranglée dans un bois, trois hommes semblent particulièrement suspects : l'instituteur chez qui elle se rendait régulièrement, l'épicier qui était prêt à divorcer pour elle et le simple d'esprit qui en était éperdument amoureux. Aidé de l'inspecteur Rulles, le brave curé va avoir bien du souci à démêler la trame d'une affaire qui s'annonce compliquée dès le départ.

Un roman policier bien classique plus dans la ligne des Simenon que dans celle des Agatha Christie. En effet, pour une fois, Exbrayat ne nous emmène ni dans les brumes de l'Ecosse ni dans la chaleur de la Sicile, mais dans la campagne bien française et s'attache à décrire l'ambiance feutrée d'un village des années soixante, c'est à dire encore très rural et très influencé par la religion, même s'il ne reste plus que quelques bigotes pour assister à la messe. Le personnage de Quettehou, vieux curé traditionnel, un peu porté sur la chopine et peu enclin à se laisser aller aux nouvelles idées conciliaires, est assez intéressant par son humanité, sa naïveté et sa faconde. C'est écrit d'une plume alerte et pas désagréable à lire, même aujourd'hui, et pourtant c'est loin d'être le meilleur des Exbrayat. L'ensemble manque un peu d'humour et de rythme. A la décharge du maître, il faut dire qu'avec une production aussi énorme (plus de cent romans policiers), tout ne pouvait pas être toujours génial !

4/5

08:52 Écrit par CCRIDER dans Livres | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Merci pour cet article :)
Marie

Écrit par : Yokoro | 22/05/2012

Les commentaires sont fermés.