08/05/2012

Le chat au Congo (Philippe Geluck)

le chat au congo.jpgTout le monde connaît le Chat, ce bon gros félin philosophe devenu célèbre par la grâce du crayon simplificateur de Philippe Geluck, le plus français des humoristes belges ou le plus belge des humoristes belges. Pourquoi ce titre « Le Chat au Congo » alors qu'il n'est nulle part question de voyage, d'Afrique et encore moins de Congo ? Sans doute faut-il y voir une fine allusion à «Tintin au Congo » et à ses récents déboires médiatiques. Une chose est sûre, le Chat ne sortira pas de chez lui. Pourquoi irait-il se fourvoyer dans un Congo belge qui n'existe plus et où le bon roi Léopold n'a même plus de capitale ? Humour belge à n'en pas douter.

Ce recueil est composé de toutes petites histoires ou sketchs qui tiennent en une, deux ou trois images. Et plus rarement sur une page. C'est drôle, étrange, décalé, un peu absurde et souvent assez surprenant. Notre Chat se pose un tas de questions sur toutes sortes de choses. Il a une façon de voir les réalités de la vie on ne peut plus particulière. Jeux de mots, calembours et blagues en tous genres ne manquent pas. C'est un vaste et désopilant fourre-tout qui ne manque pas de charme et qui mériterait d'être remboursé par la sécurité sociale.

4/5

Citations : « Imaginons un instant que je commande un autre muscadet... Et le garçon qui me l'apporte trébuche et fasse un écart sur la rue. Le chauffeur de la voiture qui passerait à ce moment donnerait un grand coup de volant pour l'éviter. A son tour, l'autocar qui suivrait à vive allure, en freinant, déraperait sur une tache d'huile et faucherait trois petits vieux qui attendraient le tram. L'autocar terminerait sa course dans la tranchée des ouvriers du gaz en arrachant la canalisation. Il y aurait une énorme explosion dans toute la rue et... Je vais plutôt commander un jus de tomate. »

« J'aime beaucoup mon cardiologue. Je vais à l'oeil chez mon ophtalmo. Ma dermatologue je l'ai dans la peau. Mon radiologue écoute RTL. J'ai une dent contre mon prothésiste. Je partage les goûts de mon stomatologue. Mon entérologue me fait chier. Je suis fou de mon psychiatre. »

« Saluons l'initiative de la banque nationale de Suisse qui fait désormais imprimer sur ses billets les consignes de lavage permettant ainsi d'obtenir un meilleur blanchissement de l'argent sale sans risque de faire rétrécir les billets. »

« On dit que lorsqu'une oeuvre de Mozart s'achève, le silence qui suit est encore du Mozart. Moi, c'est pareil, quand j'ai dit une connerie, le silence qui suit a l'air très con aussi. »

08:36 Écrit par CCRIDER dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.