07/02/2012

Sept Yakuzas (Morvan - Ikaru)

7 yakuzas.jpgA Tokyo, le très vieux chef d'un gang de yakuzas (équivalent japonais de la mafia sicilienne) est victime d'un attentat lors d'un grand rassemblement populaire. Particulièrement craint et respecté, Ichiro est hissé sur une sorte de pavois et se lance dans un long discours devant ses troupes lorsque des tirs éclatent de tous côtés. D'une étonnante vivacité pour ses 95 ans, il arrive à échapper de justesse à la mort. Seul et abandonné de tous, il s'enfuit pour être recueilli et caché par un vieil ami qui s'est racheté une conduite en devenant une célébrité de la télévision. Mais comme il veut à tout prix se venger pour sauver son honneur, Ichiro va recruter six hommes et les entraîner dans un effroyable carnage...

Etrange et assez monstrueuse BD que ces « Sept Yakuzas » qui font partie d'une collection basée sur le nombre 7, comme celui des mercenaires ou des samouraïs, mais là il s'agit plutôt de voleurs, pirates, guerriers voire prisonniers ou psychopathes. Ces gangsters tatoués, voleurs, proxénètes, trafiquants d'armes ou de drogue et surtout racketteurs, qui font régner leur loi d'airain sur leurs territoires et finissent par représenter le pouvoir occulte de tout un pays, se considèrent comme les derniers garants de la tradition japonaise. Ce bel album nous en apprend beaucoup sur leur compte et sur leur code de l'honneur qui consiste à se dénoncer pour des crimes non commis pour permettre à leur auteur de continuer à exercer librement. Beaucoup d'hémoglobine répandue dans des scènes très gore (on éclate des têtes, on coupe des mains et on finit par se faire seppuku au sabre) qui pourront choquer les âmes sensibles. Un livre noir donc, auquel le lecteur fera un léger reproche : un emploi important de mots japonais non traduits sur la page elle-même mais dont il faut aller chercher le sens dans un glossaire placé en page intérieure de couverture.

3/5

09:07 Écrit par CCRIDER dans Livres | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Bonjour, CCRider. Dommage qu'on confonde tellement allégrement criminalité et honneur.

Écrit par : Tony | 07/02/2012

Les commentaires sont fermés.