20/05/2011

Dieu et nous seuls pouvons (Michel Folco)

Dieu et nous seuls pouvons.jpgEn 1683, à Bellerocaille dans le Rouergue, doit avoir lieu l'exécution d'un assassin d'enfant. Mais le seigneur du lieu, responsable de l'application des « hautes oeuvres », ne dispose pas d'un exécuteur. Pour recruter un volontaire, il propose une belle somme d'argent et comme personne ne se présente, il réussit à contraindre Justinien Pibrac, un prisonnier injustement condamné aux galères, d'en faire office. Son premier travail sera de briser dans le terrible supplice de la roue, les os du meurtrier, ce qui ne se passera pas sans quelques maladresses de débutant. Justinien, l'enfant trouvé et promu à cette haute fonction, sera le premier maillon d'une longue lignée de bourreaux qui exerceront dans le midi et bénéficieront d'une aisance certaine jusqu'aux décrets Crémieux qui mettront un terme à leur étrange épopée.

Roman historique et d'aventures particulièrement bien ficelé et documenté, ce livre ne manque pas de surprendre ne serait-ce que par l'enchaînement des causes et des effets. Une simple piqure de guêpe suffit à faire rater le plat d'un cuisinier, lequel se voyant vertement puni, trucide le très jeune fils de son maître et le lui donne à manger sous forme de boulettes... Toute la première partie du livre est de la même veine. Cruelle, sadique, glauque et sans tendresse ni pitié. On se retrouve dans une ambiance proche de celle du « Parfum » de Süskind. Puis on saute en 1901 et on passe au huitième et dernier exécuteur. Les temps ont changé. Tout doit se passer à Paris, on exécute à l'aube et même dans le secret des cours de prison. C'est le début de la fin, mais le lecteur aura quand même droit au passage à la guillotine d'une femme parricide et obèse. Autre moment bien gore ! Texte particulièrement soigné, intéressant, faisant souvent froid dans le dos et nous rappelant que le bon vieux temps ne l'était pas pour tout le monde...

5/5

08:50 Écrit par CCRIDER dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.