21/03/2009

Mauvaise base (Harlan Coben)

mauvaise baseL’agent sportif Myron Bolitar essaie d’oublier en galante compagnie ses récents déboires dans le décor paradisiaque d’une île privée des Caraïbes, quand son ami Win, richissime sociopathe, vient le chercher sur son yacht. Il lui apprend que son associée Espéranza est accusée d’avoir assassiné un de leurs clients, une star du base-ball sur le déclin. Myron et Wyn se lancent dans une enquête difficile pour prouver l’innocence de celle que tout accuse. Le seul problème, c’est qu’elle ne veut pas de leur aide. De club de trans, en famille de nababs ayant perdu toute trace de leur fille, en passant par des sheriffs véreux, ils finiront par découvrir une vérité inattendue. Le polar classique où on promène le lecteur pendant plus de 350 pages avant de lâcher la clé du mystère dans les toutes dernières pages. Dommage qu’il y ait tant de remplissage, tant de dialogues remplis de conciliabules inutiles et tant de facilités en tout genre. Du point de vue du style, ce bouquin est plus un scénario qu’un véritable livre. Avec Coben, on en est à regretter l’époque des vrais auteurs de romans policiers qui obligeaient le lecteur à faire fonctionner ses petites cellules grises et qui l’emmenait dans une longue série de fausses pistes avant de lui dévoiler le pot aux roses. Ce temps est terminé. On en est à l’enquêteur bavard qui ne trouve rien tant qu’un éclair de génie ne traverse pas son cerveau ramolli. Ce type de littérature rencontre un grand succès, sans doute en raison de sa grande facilité de lecture. Du vite lu, vite oublié… Pour les amateurs du genre.2/3

09:15 Écrit par CCRIDER dans Livres | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : policier |  Facebook |